La prévention en fiches pratiques 

Pour découvrir les différentes fiches, cliquez ici.

Respect des gestes barrières

La reprise de l’épidémie constatée dans le Finistère implique une vigilance accrue et le maintien des mesures de prévention :

https://www.labastidesaintsernin.fr/_contents-images/ametys-internal%253Asites/labastidesaintsernin/ametys-internal%253Acontents/modele-article-6-2-2-2-2/_metadata/content/_data/Gestes%20barri%C3%A8res.jpg_389x800

Maintien des mesures techniques et organisationnelles

- Organiser le travail afin d’éviter / limiter le partage de matériel, de véhicules, de bureaux
- Privilégier le télétravail, si le poste le permet, lorsque l’éloignement de la personne est nécessaire (réalisation du test en cas de symptômes, personnes contacts « à risques » …
- Maintenir les mesures de protection spécifiques à chaque activité
- Aménager les salles de réunion afin de garantir le respect des gestes barrières
- Adapter les zones de circulation, les espaces d’accueil du public afin de limiter les croisements, les files d’attente et garantir la distanciation physique
- Garantir la disponibilité d’un stock de masques et de solution hydroalcoolique selon les prescriptions en vigueur
- Actualiser et maintenir opérationnels l’ensemble des plans de prévention et protocoles sanitaires

Port du masque obligatoire dans les lieux publics clos et systématisé dans les bureaux et locaux partagés

Il convient de systématiser le port du masque dans les espaces clos et partagés, à la seule exception des bureaux individuels. Cette systématisation vient en complément des gestes barrière et des mesures techniques et organisationnelles de protection collective. Le port du masque doit donc être imposé par le chef de service. Un écriteau « Ici, le port du masque est obligatoire » est mis à disposition pour téléchargement sur le site du Gouvernement et du Ministère des Solidarités et de la Santé.

Conduites à tenir

1. Agents présentant des symptômes sur le lieu de travail

En cas de signes évocateurs (fièvre, toux …) :

  • Isoler le cas suspect (si possible dans une pièce fermée en évitant tout contact), lui demander de mettre un masque « grand public » ou à usage médical et de se laver soigneusement les mains avec de l’eau et du savon liquide ou solution hydro alcoolique.

En l’absence de signes de gravité (gêne respiratoire, malaise) :

  • L’agent doit impérativement rentrer chez lui en évitant les transports en commun si possible, s’isoler, appliquer les gestes barrières pour protéger son entourage, contacter son médecin traitant et suivre les préconisations de ce dernier.

En cas de signes de gravité (gêne respiratoire, malaise…), appeler le 15 et suivre les consignes :

  • Informer sa hiérarchie
  • Mettre en place les premières mesures de protection des locaux en cause (bureau, salle de réunion, véhicule …)
  • Se laver les mains soigneusement avec du savon ou un soluté hydro alcoolique après tout contact avec l’agent symptomatique
  • Prendre contact avec le service de santé au travail et suivre ses consignes, y compris pour le nettoyage et la désinfection du poste de travail et le suivi des agents ayant été en contact avec le cas

Le médecin traitant prescrit le test de dépistage. La personne restera en éviction tant que le résultat du test n’est pas connu. En cas de confirmation du cas, l’agent bénéficiera d’un arrêt de travail dont la durée est laissée à l’appréciation du médecin.

2. Agents ayant été en contact avec un cas confirmé et dans des conditions créant un risque de contamination

Les sujets contacts « à risques de contamination » sont les personnes qui, du fait des conditions de leur exposition, présentent un risque réel de contamination, car :

  1. Elles ne disposaient pas de protection efficace pendant toute la durée du contact (plexiglass ou autre séparation physique ; masque chirurgical ou FFP2 porté par le cas ou le contact ; masque grand public fabriqué selon la norme AFNOR ou équivalent porté par le cas et le contact)
  2. ET elles relèvent des situations suivantes :
    1. Personnes ayant eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’1 mètre, quelle que soit la durée (ex. conversation, repas, accolades, embrassades, …). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes-contacts
    2. Personnes ayant prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins
    3. Personnes ayant partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule, ...) pendant au moins 15 minutes ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement

La politique de rupture des chaînes de contamination vise à tester les personnes présentant des symptômes et, si le test est positif, à les isoler. Lorsqu’une telle situation se présente, les agents reconnus malades de la Covid-19 sont placés en conséquence en congé de maladie de droit commun. Lorsqu’un agent cas contact est placé à titre préventif en isolement, il bénéficie d’une ASA si le télétravail n’est pas possible.

Rôle du médecin de prévention

Le médecin de prévention peut apprécier la nécessité d’un aménagement du poste de travail et / ou de la mise en œuvre des mesures de protection adaptées au regard de l’état de santé de la personne et de ses risques d’exposition.

Il peut prescrire l’intervention sur place d’un préventeur ou d’un infirmier pour garantir la réalité des mesures de prévention, notamment pour faciliter le travail en présentiel des personnes vulnérables si nécessaire.