Salomé, 20 ans, Agent polyvalent de restauration

apprentissage sdis brest cuisineSalomé, accompagnée de son maître d'apprentissage Olivier Jegou du SDIS de Brest

Salomé, 20 ans, achève sa 2ème année de CAP « Agent polyvalent de restauration »  en apprentissage  à la cuisine du  restaurant administratif du SDIS à Brest. Pour cette jeune apprentie qui souhaitait «  en finir avec l’école » et s’intégrer dans la vie active par le biais d’une formation professionnalisante, le pari est gagné!

Avant même  son diplôme en poche, Salomé attaque les recherches d’emplois en cuisine collective.

Salomé est la troisième apprentie au restaurant. Les deux autres sont maintenant entrés dans la vie active, dont sa « prédécesseure » dans la fonction publique territoriale. De quoi donner de l’espoir à Salomé dans ses recherches!

L’investigateur de cette démarche ? Patrice Suaud responsable du service des prestations de services et restaurant du SDIS de Brest. Il a, au cours de sa carrière professionnelle,  toujours encouragé ce mode de recrutement dans le cadre d’apprentissage simple ou aménagé (apprenti(e) ayant une reconnaissance travailleur handicapé).

Pour cet ancien responsable recrutement et formation, et ancien responsable des ressources humaines dans d’autres entités,  il incombe à l’administration de jouer ce « rôle social ».  Il accueille des apprentis en filière technique, certes, mais également en filière administrative.  Il forme actuellement une personne en 1ème année de BTS assistant de manager. C’est sa cinquième apprentie secrétaire au SDIS.

Face à la problématique de chômage des jeunes, le contrat d’apprentissage semble être une voie privilégiée vers l’accès à l’emploi comme en témoigne le taux d’insertion professionnelle des apprentis du SDIS de Brest à l’issue de leur apprentissage : 100%.

M. Suaud, qui est aussi chef du projet  Agenda 21 du SDIS, souhaite faire de l’apprentissage un axe de développement de l’action sociale et sociétale du SDIS.

 

Mathieu, 22 ans, apprenti en aménagement paysager

apprentissage espace vertsJacques Raoult, responsable du service des espaces verts de la ville de Carhaix forme son 5ème apprenti, Mathieu Arrachart, en 2ème année de BTS Aménagement paysager.

M. Raoult n’était pas prédestiné à devenir maître d'apprentissage, ce n'était pas un souhait clairement exprimé de sa part, « l’occasion fait le larron » ironise t-il, pas mécontent de transmettre son savoir.

Cette présence de « sang neuf » au sein de l’équipe « permet de se remettre en cause et oblige à changer les pratiques » commente le tuteur. « C’est l’école qui se déplace sur le lieu de travail » ! s’exclame Jacques qui a quitté le système scolaire depuis longtemps et qui juge enrichissant de se tenir au fait des nouvelles pratiques.  

Un conseil à donner aux futurs maîtres d’apprentissage ? « Être vigilant sur le recrutement » afin de se prémunir au maximum des risques d’incompatibilités d’humeur ! Comment ? En s’entretenant suffisamment avec l’apprenti pressenti, témoigne M. Raoult. 


Mathieu Arrachart 22 ans, en BTS aménagement paysager- CFA du Mené à Merdrignac (22).

Après un BEP « travaux paysager » puis un Bac pro « aménagement de l’espace », tous deux réalisés en Savoie, Mathieu s’engage dans un diplôme de niveau III. Ayant suivi ses apprentissages antérieurs dans le secteur privé, ce jeune apprenti ne connaissait rien de l'environnement territorial avant son arrivée en septembre 2011.

Mathieu s’épanouit au service espaces verts de la ville de Carhaix où il a en charge le projet d’aménagement du Château rouge. Mathieu explique avoir rencontré de nombreuses entreprises avant de choisir de rejoindre la collectivité. Sa motivation pour les travaux paysagers en collectivité ? Plus proche de ses aspirations professionnelles en termes de respect de l’environnement et de réflexion menée en amont des actions.

Son objectif professionnel ? Devenir éco concepteur du paysage. Public ? Privé ? Mathieu n’est pas tranché sur la question. Il compte sur les stages qu’il réalisera dans le cadre de sa prochaine formation pour affiner son projet. Il envisage tout de même de passer le concours de technicien territorial l’année prochaine ! Affaire à suivre...