Mis à jour le

ven 08 juil 2016

Retour sur la rencontre du lundi 4 juillet

Le 4 juillet 2016, une soixantaine de secrétaires de mairie et de directeurs généraux se sont réunis à l'invitation de l'AMF, du CDG et du SNDGCT (Syndicat des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales) dans les locaux du CDG pour échanger sur l’avenir de leur métier. La volonté de se rencontrer était d’autant plus forte que le contexte de réforme territoriale questionne les pratiques et redimensionne l’espace d’action des acteurs communaux. L’occasion donc de faire le point sur la situation territoriale finistérienne et le futur des emplois de DG/Secrétaires de mairie.

Un séisme d'une magnitude relative dans le Finistère

Dominique Cap, président de l’AMF29, a choisi d’introduire cette rencontre sans détour, en évoquant « Le Big Bang Territorial » actuellement à l’œuvre sur le territoire français, et plus localement, sur le Finistère. Un séisme d’une magnitude relative, rappellera cependant Delphine Le Guerson, Directrice du Pôle Emploi Territorial du CDG 29 : 5 fusions de communautés de communes en Finistère contre une dizaine en Morbihan et une vingtaine en Côtes d’Armor ! Il ne doit pas s'agir d’une course au « faire plus avec moins » mais bien de la recherche d'un projet de territoire et d’identité partagée, souligne Mr Cap.

Cette rencontre, indique Yvan Vigier, Directeur Général des Service du CDG, a pour objectif "d’aborder le changement, d’éviter l’isolement des secrétaires de mairie et directeurs généraux mais aussi de rappeler le rôle du CDG : un accompagnement des élus employeurs, des cadres et des agents".

Des témoignages et des pistes envisagées

De nombreux sujets ont été abordés au cours d’un riche échange avec l’assemblée. Des témoignages ont permis de mettre en valeur les opportunités s’offrant aux DGS de communes nouvelles mais aussi le difficile positionnement des petites communes dans ce processus. Yann Cabel, DG de commune nouvelle à Pordic dans les Côtes d’Armor, a abordé avec ses semblables finistériens la question du temps dans la mise en place de tels projets et l’importance de la mobilisation de tous les participants autour du nouveau territoire. Des solutions testées dans son agglomération ont aussi été évoquées, comme la création de "pôles de proximité" où les secrétaires de mairie sont devenus les "référents" d'une spécialité. La fin de la polyvalence du métier ? S’il a été affirmé que la spécialisation des collaborateurs était de plus en plus recherchée par les élus pour répondre à une complexification croissante des tâches, il a également été dit que cette spécialisation devait être saisie comme une opportunité et une montée en compétence ouvrant des possibilités futures de mobilité. D’où l’importance de se positionner, de ne pas attendre : « C’est dans l’action que l’on fait face à nos craintes ».

Besoin de reconnaissance et volonté d'être associé d'avantage aux réflexions...

impact des réformes territoriales sur les métiers de DGS et secrétaires de mairie réunionIl ressort de cette rencontre un constat généralement partagé : la nécessité de communiquer. Corinne Hervé, Vice-Présidente nationale honoraire du SNDGCT, rappellera par ailleurs l’enjeu premier de cette phase de réforme territoriale « Penser ensemble, trouver un territoire, être actif et collectif ». D’où l’importance du dialogue et de la coopération avec ses élus, ramenant au couple maire/DGS. Bon nombre de participants évoqueront d’ailleurs la volonté d’une inclusion plus importante à la réflexion sur les projets de la commune, voire une participation au conseil municipal, afin d’être reconnu comme collaborateur direct du maire. Un appel unanime à Dominique Cap : faire entendre aux élus, lors du Carrefour des Communes, à Brest (6 et 7 octobre), l’appel des secrétaires de mairie et directeurs généraux quant à une reconnaissance de leur expertise.

L'opportunité d'être acteur de son avenir

Dernier temps de la rencontre, un survol des textes apportant des réponses statutaires au questionnement des DG des communes fusionnées ou nouvellement créées. Des dispositions existent pour les directeurs généraux de grandes intercommunalités, mais finalement peu concernant les petites communes. « Une opportunité à saisir » selon Annie Letty Keribin, Directrice Adjointe du CDG29, laissant aux secrétaires de mairie et DG la possibilité d’être acteur de leur avenir.